Soutenance de thèse Adeline Chailly

Soutenance de thèse

Adeline Chailly

(LPL/AMU)

La cohérence temporelle dans les textes narratifs d’élèves de 8 à 11

sous la direction de Marie-Noëlle ROUBAUD et la codirection de Solveig LEPOIRE-DUC

Vendredi 9 décembre 2022 de 14h à 18h

Salle polyvalente de l’INSPE d’Aix-en-Provence

 

Jury :
Mme Marie-Noëlle ROUBAUD, Université Aix-Marseille, Directrice de thèse
Mme Solveig LEPOIRE-DUC, INSPE-Université Lyon 1, Co-directrice
Mme Ecaterina BULEA BRONCKART, FPSE-Université de Genève, Rapporteuse
M. Carl VETTERS, Université du Littoral Côte d’Opale, Rapporteur
Mme Marie-Laure ELALOUF, Université de Cergy-Pontoise, Examinatrice
Mme Claudine GARCIA-DEBANC, Université Toulouse Jean Jaurès, Examinatrice
M. Frédéric SABIO, Université Aix-Marseille, Président

Résumé :
Notre recherche porte sur la cohérence temporelle dans les textes narratifs d’élèves de 8 à 11 ans. À cet égard, nous avons convoqué des théories qui permettent d’appréhender la temporalité verbale dans les textes narratifs. S’agissant de textes d’élèves de 8 à 11 ans, nous resituons également notre étude dans une perspective développementale et institutionnelle. Nous nous sommes ainsi demandé comment les élèves s’apprennent à écrire le temps. Notre corpus est constitué de 180 textes narratifs d’élèves de CE2, CM1 et CM2, produits en réponse à une consigne d’écriture. Afin d’étudier la cohérence temporelle dans les textes narratifs produits, nous avons retenu trois niveaux d’analyse : l’ancrage énonciatif, l’ordre temporel du récit et les marqueurs de cohésion qui participent à la structuration temporelle du récit. L’analyse de notre corpus met à jour la complexité temporelle des textes produits, quel que soit le niveau de classe concerné. Nous observons, par ailleurs, une complexification temporelle à mesure que le niveau de classe augmente. Celle-ci n’est toutefois pas linéaire. De fait, nous identifions des spécificités propres à chaque niveau. Notre recherche montre également des emplois inattendus produisant des effets qui témoignent, selon nous, de la complexité temporelle à laquelle les élèves sont confrontés notamment dans la littérature de jeunesse, et ce, dès le plus jeune âge.

Soutenance de thèse Axel Barrault

Soutenance de thèse

Axel Barrault

(LPL/AMU)

Exploitation rationnelle des marqueurs intonatifs : le cas de la relation probabiliste entre la montée initiale et le focus contrastif en français

sous la direction Monsieur James S. GERMAN et Madame Pauline WELBY

Vendredi 16 décembre 2022 à 14h

LPL, salle de conférences B011

 

Jury :
Ingo Feldhausen (Université de Lorraine)   Rapporteur
Michael Wagner    (McGill University)     Rapporteur
Martine Grice     (Universität zu Köln)      Examinatrice
Sophie Herment    (Aix Marseille Université, CNRS, Laboratoire Parole et Langage)     Présidente du jury
James S. German   (Aix Marseille Université, CNRS, Laboratoire Parole et Langage)    Directeur de thèse
Pauline Welby       (Aix Marseille Université, CNRS, Laboratoire Parole et Langage)      Co-directrice de thèse

Résumé :
Cette thèse examine l’interaction complexe entre l’intonation et la structure informationnelle en français. La faible association entre la très fréquente montée initiale de la fréquence fondamentale et la frontière gauche du focus contrastif non correctif en production sert de cas d’étude. Des énoncés parallèles impliquant un contraste entre les constituants non répétés sont utilisés.
Les interactions entre les nombreux paramètres (extra-)linguistiques influençant la probabilité d’apparition de cet accent secondaire prénucléaire rendent difficile l’appréhension de son rôle en perception pour l’accès à l’intention référentielle. Cette thèse soutient que l’on ne peut faire l’économie d’une modélisation probabiliste rationnelle, telle qu’adjointe à la phonologie de laboratoire afin de documenter le poids de chaque paramètre dans l’utilisation de la montée initiale en relation avec le focus. Sous l’hypothèse qu’un lien fort existe entre production et représentations perceptives abstraites, ce travail élabore différentes méthodes et leurs limites pour contribuer à délimiter la pertinence de la montée initiale pour l’accès à l’intention sémantique.
Les études menées corroborent le caractère faible de l’association. En production, la montée initiale se révèle un marqueur anticipé et non-local de l’empan du constituant focalisé à venir. Testé en perception, l’utilisation adaptée de la montée initiale pour anticiper le référent du focus ne dépend pas de l'empan du constituant avec lequel elle est associée, mais de l’informativité de leur association au cours de l’expérience récente avec le locuteur. Cette thèse propose une rationalité à cet écart entre production et perception en considérant sa faible conventionnalisation dans l’input.

Soutenance de thèse Rita Hijazi

Soutenance de thèse

Rita Hijazi

(LPL/AMU et LIS/AMU)

Simplification syntaxique de textes à base de représentations sémantiques exprimées avec DMRS

sous la direction de Monsieur Bernard ESPINASSE et Madame Núria GALA

Mercredi 14 décembre 2022 de 14h à 17h30

Campus de St Charles, Marseille à la FRUMAM, la salle de séminaire du 2ieme étage

 

Jury :
Guy PERRIER (Rapporteur) ; PR émérite, Université de Lorraine
Marie CANDITO (Rapporteuse) ; MCF, Université Paris Cité
Alexis NASR (Président du jury) ; PR, Aix-Marseille Université
Amalia TODIRASCU (Examinatrice) ; PR, Université de Strasbourg
Bernard ESPINASSE (Directeur de thèse) ; PR, Aix Marseille Université
Núria GALA (Co-directrice de thèse) ; MCF, Aix Marseille Université

Résumé :
La simplification de textes consiste à transformer un texte en une version plus simple à lire et/ou à comprendre et plus accessible à un public cible, tout en conservant son information, son contenu et son sens originaux. On distingue quatre niveaux de simplification, lexical, syntaxique, morphologique et discursif, et différents systèmes de Simplification Automatique de Textes (SAT) ont été développés en tenant compte de ces niveaux. Cette thèse se concentre sur la simplification syntaxique de textes en anglais, une tâche pour laquelle les systèmes automatiques existants présentent certaines limites.
Pour les dépasser, nous proposons tout d’abord une nouvelle méthode de simplification syntaxique exploitant des dépendances sémantiques exprimées en DMRS (Dependency Minimal Recursion Semantics), une représentation sémantique profonde sous forme de graphes combinant sémantique et syntaxe. La simplification syntaxique consiste alors à représenter la phrase complexe en un graphe DMRS, transformer selon des stratégies spécifiques ce graphe en d’autres graphes DMRS qui généreront des phrases plus simples. Cette méthode permet la simplification syntaxique de constructions complexes, en particulier des opérations de division basées sur des appositives, sur des coordinations et sur des subordinations ; ainsi que la transformation de formes passives en formes actives.
Pour évaluer cette méthode, nous avons développé un système automatique de simplification syntaxique. Ce système, nommé GRASS, met en œuvre les stratégies spécifiques de transformation de graphes DMRS par des ensembles de règles en utilisant le système de réécriture de graphe GREW. Ce système de simplification automatique est évalué sur un corpus de référence spécifique à la simplification syntaxique de façon automatique puis en ayant recours à des experts humains.
Les résultats obtenus par ce système de simplification syntaxique sur ce corpus de référence sur les opérations de division de phrases surpassent ceux des systèmes existants du même type dans la production de phrases simples, grammaticales et conservant le sens, démontrant ainsi tout l’intérêt de notre approche de la simplification syntaxique à base de représentations sémantiques en DMRS.

Soutenance de thèse Typhaine Manzato

Soutenance de thèse

Typhaine Manzato

(LPL/AMU et Université de Bordeaux)

Nouvelles perspectives dans l’enseignement des usages oraux d’une langue voisine : entrée didactique par l’intercompréhension

sous la direction Monsieur Pierre ESCUDÉ et Madame Sandrine CADDÉO

Lundi 14 novembre 2022 à 14h à l'Université de Bordeaux

En modalité hybride - merci de contacter typhaine.manzato@u-bordeaux.fr pour la connexion à distance

Jury :
Pierre ESCUDE, Université de Bordeaux - Directeur de thèse
Sandrine CADDÉO, Aix-Marseille Université - Examinatrice
Jean Claude BEACCO, Université Sorbonne nouvelle - Rapporteur
Elisabetta BONVINO, Università Roma Tre - Rapporteure
Laurent GAJO, Université de Genève - Examinateur
Sandra GARBARINO BENAZZO, Università degli Studi di Torino - Examinatrice

 

Résumé : Cette thèse de doctorat a pour but d‘explorer l’insertion d’un parcours d’intercompréhension dans la visée de l’enseignement de deux langues romanes, le français en Italie et l’italien en France dans le secondaire au sein de deux formes d’enseignement bilingue (section européenne en France et dispositif EsaBac en Italie). Ces parcours ont été imaginés autour de deux orientations différentes selon le cours pour lequel ils ont été pensés : apprentissage de la langue voisine (le français ou l’italien), apprentissage de la discipline enseignée en langue cible (histoire-géographie en France ; histoire en Italie). Dans la première orientation, nous nous sommes concentrés sur les usages oraux de la langue voisine en sélectionnant cinq faits linguistiques susceptibles de variation. L’originalité de notre approche a été d’utiliser deux types de supports : des dialogues littéraires et des extraits de corpus oral authentique. Ces faits linguistiques ont été présentés en plusieurs langues (les deux langues de scolarisation et une troisième langue romane, l’espagnol ou le portugais), permettant de développer la dimension plurilingue de notre projet. Dans notre seconde orientation, l’emploi d’un parcours en intercompréhension intégrée a permis de dépasser l’alternance des langues initiale pour parvenir à une meilleure intégration de l’ensemble des langues proposées comme des contenus disciplinaires envisagés. Les données récoltées par cette étude contrastive sur deux terrains de cultures éducatives distinctes ont apporté un certain nombre de résultats : la confrontation entre les conceptions de la variation de ces deux publics, dont la réflexion a été enrichie par le choix d’utiliser la littérature comme mise en valeur des éléments variationnels présents dans les supports utilisés pour mieux discuter des usages ; les possibilités d’appui sur plusieurs langues dans une continuité entre les apprentissages langagiers, favorisant des liens avec la didactique intégrée. L’intercompréhension intégrée adaptée à l’enseignement bilingue a généré une reconfiguration des rôles et places des langues en présence dans le cadre du travail sur les contenus disciplinaires ; l’analyse autour de deux contextes a mis en évidence les modalités les plus pertinentes pour mobiliser et étudier l’apport de la proximité linguistique des langues comme bénéfique pour un travail sur la discipline. Par les expériences menées et les résultats obtenus, notre étude essaie enfin d'apporter des voies d'apprentissage renouvelées dans l'enseignement intégré des langues et des disciplines en contexte scolaire et de consolider le rôle de l’intercompréhension dans cette visée.

 Mots-clés : intercompréhension ; langues romanes ; didactique des langues voisines ; usages oraux ; variation ; intercompréhension intégrée.

Soutenance de thèse Giusy Cirillo

Soutenance de thèse

Giusy Cirillo

(LPL/AMU)

Behavioral and electrophysiological markers of partner-adaptation in joint language production

Laboratoire Parole et Langage, Aix-en-Provence

Vendredi 9 décembre 2022 à 14h

 

Jury :

Anna KUHLEN Rapporteuse (RWTH Aachen University)
Chiara GAMBI Rapporteuse (University of Warwick)
Raphaël FARGIER Examinateur (Université Côte d’Azur)
François-Xavier ALARIO Président du jury (Aix-Marseille Université)
Noël NGUYEN Directeur de thèse (Aix-Marseille Université)
Cristina BAUS Co-directrice de thèse (Universitat de Barcelona)

Soutenance Giulia Rambelli

Mercredi 14 septembre 2022

Soutenance de thèse

Giulia Rambelli

(LPL/AMU – Università di Pisa)

16h Università di Pisa, Italie et en ligne via l’application Teams

Integrating Distributional and Constructional Approaches: Towards a new Model of Language Comprehension

Sous la direction de Alessandro Lenci et Philippe Blache

Jury :

Soutenance de thèse Marie Rebourg

Jeudi 7 juillet 2022

Soutenance de thèse

Marie Rebourg

(LPL/AMU)

14h LPL, salle de conférences B011

Évaluation de l'intelligibilité après un cancer ORL : Approche perceptive par décodage acoustico-phonétique et mesures acoustiques

Sous la direction de Nicolas Fakhry et Muriel Lalain

Jury :

Didier Demolin - LPP Paris - Président
Lorraine Baqué - UAB Barcelona - Rapporteure
Rudolph Sock - LiLPa Strasbourg - Rapporteur
Lise Crevier-Buchman - LPP Paris - Examinatrice
Nicolas Fakhry - LPL/AP-HM - Co-directeur de thèse
Muriel Lalain - LPL - Co-directrice de thèse

Soutenance de thèse Mary Amoyal

Mardi 21 juin 2022

Soutenance de thèse

Mary Amoyal

(LPL/AMU)

14h LPL, salle de conférences B011

Le sourire dans les transitions thématiques : analyse multimodale d’interactions conversationnelles en fonction de la relation des interactants

Sous la direction de Béatrice Priego-Valverde et Laurent Prévot

Jury :

Rapporteure : Véronique Traverso (Univ. de Lyon)
Rapporteur : Salvatore Attardo (Texas A&M Univ.)
Examinateur : Geert Brône (Univ. de Louvain)
Présidente : Gaëlle Ferré (Univ. de Poitiers)
Directrice : Béatrice Priego-Valverde (LPL/AMU)
Directeur : Laurent Prévot (LPL/AMU)

Soutenance HDR Kristof Strijkers

Soutenance HDR

Kristof Strijkers

Chargé de Recherche CNRS, Laboratoire Parole et Langage

11 mars 2022 à 10h30 au Grand amphi, Campus St. Charles, 3 place Victor Hugo, Marseille

Dans le cadre de la Journée ILCB le 11 mars de 9h30 à 17h

Titre HDR : “Towards an Integrated Brain Language Model — The spatiotemporal dynamics of production versus perception”

Jury :
Sonja KOTZ, Maastricht University (rapporteure)
Benjamin MORILLON, Aix-Marseille Université (rapporteur)
Noël NGUYEN, Aix-Marseille Université (tuteur)
Martin PICKERING, Edinburgh University (rapporteur)
Rasha ABDEL RAHMAN, Humboldt-Universität zu Berlin (examinatrice)

Résumé :
The capacity of communicating through language has been instrumental in the evolution of our species. Being able to quickly alert our peers of an upcoming danger has high biological relevance, and the ease and speed with which we can use language has made this our primary communicative tool. Not surprisingly, understanding the fundaments of this ability has been a central issue throughout the history of human and social sciences. By now, our knowledge about the representations and processes underpinning language behaviour is impressive and thanks to the combined efforts of linguists, psychologists and neuroscientists, detailed neurolinguistic models of language production and perception have been developed. Despite the huge advances made to understand this complex capacity of the human mind, language research has been typically modality-specific, with a dissociation between production and comprehension in terms of research strategies, paradigms and models. The objective of the research I present here for my HDR project is to explore the nature of linguistic representations and processes from an integrated perspective. This is important, because in order to fully understand language processing and develop a neurolinguistic model that explains behavior, we’ll need to understand how production and perception interact. This HDR aims at contributing to this endeavor by comparing the spatiotemporal dynamics of production and perception for the basic building blocks of language: words. In doing so, I want to address the question of whether and how word representations and their processing overlap in time and space in the speaker and listener’s minds.